Pour devenir kiné, les études s’étalent sur 5 années : 1 an de PACES pour la grande majorité des étudiant·es, et 4 ans en IFMK (Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie). À l’issue de ces 5 années, les étudiant·es sont présenté·es au diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute. Dans le cadre de ses portraits des différentes filières des études de santé, l’organisme CEPSUP décrypte la formation en kinésithérapie.

cepsup-prepa-sante-kine-etudes

Qu’est-ce qu’être kiné ?

La kinésithérapie est une discipline paramédicale dont les principaux domaines d’intervention sont :

  • la rééducation
  • le renforcement musculaire
  • la motricité

 

Le masseur-kinésithérapeute, nom officiel du « kiné »

Le spécialiste de cette discipline est le masseur-kinésithérapeute. Ce professionnel intervient sur les os et les muscles à la suite d’une blessure, d’un traumatisme physique, ou par simple prévention. Il emploie diverses techniques de massage et de gymnastique médicale afin d’entretenir ou de rétablir les capacités fonctionnelles de ses patients.

 

Faire kiné : dans quel milieu professionnel ?

Le masseur-kinésithérapeute exerce dans des hôpitaux publics, dans des cliniques privées, et peut également choisir d’ouvrir un cabinet de kinésithérapie en libéral. Ce professionnel peut également choisir de se spécialiser dans de nombreux domaines d’intervention. Quelques exemples :

  • le sport
  • la pédiatrie
  • la gériatrie

La PACES, la 1ère année pour devenir masseur-kinésithérapeute

La Première Année Commune aux Études de Santé est la voie prédominante pour accéder à l’un des IFMK de France. L’inscription à la PACES se fait via Parcoursup pour les titulaires d’un baccalauréat. Au cours du 1er semestre, tous les étudiants suivent le même cursus. Au 2nd semestre, l’enseignement demeure commun à tous dans sa globalité, mais des matières spécifiques à chaque filière sont dispensées :

 

Un concours à la fin du semestre 1, un autre à la fin du semestre 2

Chaque semestre est sanctionné par un concours. À l’issue du 1er concours, l’étudiant·e choisit la ou les filières pour lesquelles il préparera le concours de la fin du 2ème semestre. Il peut par exemple choisir uniquement médecine, ou bien médecine et masso-kinésithérapie. Ce dernier concours, régi par le numerus clausus, lui permettra d’accéder, ou pas, à la 2ème année des études de santé qu’il aura choisies.

 

La PACES, un année bientôt réformée

Depuis les annonces faites par le président de la République en septembre 2018, l’accès aux filières de santé connait une profonde transformation. Si les concours – dans leur forme actuelle – disparaissent, c’est pour mieux laisser place à des systèmes de sélection qui s’annoncent tout aussi exigeants. Un souhait verbalisé par le chef de l’État : « À tous ceux qui pourraient voir dans cette réforme un renoncement à l’excellence tirée aujourd’hui du concours de fin de première année, je leur dis que ce parcours de formation restera sélectif« .

 

Une prépa médecine pour réussir la PACES

À Reims, l’organisme CEPSUP vous propose différentes formules de prépas santé. Notre raison d’être ? Vous aider à mettre toutes les chances de votre côté pour accéder à l’IFMK de votre choix, ou à toute autre filière médicale ou paramédicale ; et ce, avant comme après la réforme de la PACES.

 

Comment devenir kiné sans concours ?

Outre la PACES, il existe 2 autres voies d’accès possibles, touchant une très faible minorité d’aspirants kinés :

  • la Licence 1 STS (Science Technologie et Santé)
  • la Licence 1 STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives)

 

À noter : dans certains cas bien précis, le ou la candidat·e peut être accepté·e dans un IFMK sur dossier. Sont concernés par ces cas de figure :

  • certains professionnels diplômés médicaux et paramédicaux
  • les titulaires d’un diplôme reconnu au grade Master

 

En outre, l’arrêté du 26 août 2010 modifié par l’arrêté du 24 mai 2016 précise les dispenses d’épreuves accordées aux sportifs de haut niveau pour l’admission dans les instituts de formation en masso-kinésithérapie.

Formation de masseur-kinésithérapeute : le 1er cycle

Depuis la réforme de 2015, les études pour devenir kiné durent 4 années, réparties sur 2 cycles. Chaque année de formation comprend :

  • des Unités d’Enseignement (UE) délivrées par l’IFMK
  • des apprentissages cliniques réalisés en stages auprès de patients

 

Kiné : une formation de plus de 6 000 heures

Ce cursus de formation s’étale sur environ 6 500 heures, réparties comme suit :

  • environ 2 000 heures de cours théoriques et pratiques, que l’aspirant kiné suivra dans l’IFMK
  • environ 1 500 heures de formation clinique, que l’étudiante suivra dans des cabinets libéraux ou au sein d’hôpitaux
  • environ 3 000 heures de travail personnel fournies par l’étudiante

 

Les domaines abordés au cours des stages

La formation de kiné implique le suivi de plusieurs stages permettant d’aborder les principales disciplines où intervient ce professionnel :

  • cardiologie
  • gériatrie
  • neurologie
  • pédiatrie
  • pneumologie
  • rhumatologie
  • traumatologie

 

Les matières étudiées au cours du 1er cycle

Le nouveau curriculum d’études imposé par la réforme de 2015 repose sur une formation de 2 cycles s’étalant sur 2 années chacun. Au cours de la 1ère année de la formation de kiné, l’étudiant·e aborde un ensemble de connaissances fondamentales. Exemples :

  • anatomie
  • biomécanique
  • cinésiologie
  • physiologie
  • santé publique
  • sciences humaines
  • technologie théorique et pratique

 

La 2ème année des études pour faire kiné vise à poursuivre et à approfondir ces mêmes matières. Les enseignements dispensés incluent, en outre, des bases relatives à l’étude des maladies.

Formation de masseur-kinésithérapeute : le 2ème cycle

La formation pour devenir kiné s’achève avec une 3ème et une 4ème années : c’est le 2ème cycle. À partir du 2nd cycle, la rééducation appliquée aux pathologies devient le point central de la formation.

 

Des stages hospitaliers et libéraux au cours du 2ème cycle

Parallèlement à ces enseignements toujours dispensés au sein de l’IFMK, des stages hospitaliers et libéraux assurent à l’étudiant·e une formation clinique ; il ou elle se trouve au contact des patients et est épaulé·e par ses tuteurs de stage. D’un point de vue global, ce 2ème et dernier cycle privilégie les aspects cliniques, méthodologiques et scientifiques.

 

Mémoire et diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute

Les études de masseur-kinésithérapeute s’achèvent avec la rédaction d’un mémoire et la réalisation d’un stage professionnalisant de 12 semaines. À l’issue de ces 5 années d’études, l’aspirant kiné reçoit son diplôme d’État, titre qui lui octroie le droit d’exercer son métier.