Pour devenir sage-femme, vos études post-baccalauréat dureront 5 années : 1 an en PASS ou en L.AS, et 4 années dans une école de maïeutique. Dans le cadre de ses portraits des différentes filières des études de santé, l’organisme CEPSUP vous décrit en détails en quoi consistent les études de sage-femme à Reims.

cepsup-prepa-sante-sage-femme-etudes
Notre prochaine se fera le :
Samedi 3 Octobre 2020 de 10h00 à 16h00.

Être sage-femme au quotidien

Le métier de sage-femme est une profession médicale, définie par le Code de la santé publique et règlementée par un ordre professionnel. Ce métier, pratiqué dans sa grande majorité par des femmes mais attirant également des praticiens hommes, touche à un vaste domaine de compétences. Celles-ci sont liées :

  • à la grossesse
  • à l’accouchement et aux suites de naissances
  • au suivi gynécologique de prévention
  • à la contraception
  • aux vaccinations
  • à la surveillance des 30 premiers jours de vie du nouveau-né

Devenir sage-femme pour travailler dans quel secteur ?

Les maïeuticiennes et maïeuticiens exercent, dans la grande majorité, en qualité de salarié·es d’un établissement public ou privé. Une minorité œuvre dans un cabinet libéral, et un très faible pourcentage travaille dans le cadre du Conseil Général (PMI).

Pourquoi consulte-t-on une sage-femme ?

Les femmes peuvent consulter une ou un maïeuticien·ne pour :

  • le suivi gynécologique de prévention et la prescription de la contraception
  • l’IVG médicamenteuse
  • la prévention des addictions
  • la réalisation d’échographie
  • la préparation à l’accouchement et à la parentalité
  • la surveillance médicale de la grossesse
  • la pratique de l’accouchement
  • la surveillance médicale de la mère et du nouveau-né après la naissance
  • la consultation post-natale
  • la vaccination de la mère et l’entourage du nouveau-né
  • le suivi de l’allaitement
  • la rééducation périnéo-sphinctérienne

Sage-femme : une formation qui débute avec le PASS ou une L.AS

En 2020, la réforme de l’accès aux études de santé introduite par Emmanuel Macron en 2018 est entrée en vigueur. L’une des principales dispositions prises par cette réforme a été la suppression de la PACES (Première Année Commune aux Études de Santé). Désormais, les étudiant·es aspirant à intégrer une filière de santé doivent passer soit par le PASS, soit par une L.AS.

 

À l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), cette obligation vaut autant pour les futur·es maïeuticien·nes que pour celles et ceux ambitionnant d’étudier :

Différencier les L.AS du PASS

Le PASS (Parcours d’Accès Spécifique Santé) comprend :

  • un ensemble majoritaire d’enseignements liés à la santé
  • un ensemble minoritaire d’enseignements liés à une Licence choisie par l’élève parmi les propositions de son université (Droit, STAPS, etc.)

 

Une L.AS (Licence Accès Santé), elle, comprend :

  • un ensemble majoritaire d’enseignements liés à la Licence choisie par l’élève parmi les propositions de son université (Droit, STAPS, etc.)
  • un ensemble minoritaire d’enseignements liés à la santé

Y a-t-il toujours un « concours de sage-femme » ?

À l’URCA, candidater à une entrée en école de sage-femme impose à l’étudiant·e de valider son année en L.AS ou en PASS. Mais les places y étant limitées, seul·es les étudiant·es les mieux noté·es tout au long de l’année sont admis·es directement sur dossier. Les autres sont soumis·es à des épreuves orales d’admission.

 

L’étudiant·e qui a validé son année sans parvenir à accéder à une formation de sage-femme peut intégrer :

  • la L2 de la Licence correspondant à son option s’il ou elle vient du PASS
  • la L2 de la Licence correspondant à sa majeure s’il ou elle vient d’une L.AS

 

À l’issue de cette nouvelle année, il ou elle jouit d’une 2nde chance de rallier une école de maïeutique.

Accroître ses chances de succès grâce à une prépa médecine

À Reims comme ailleurs en France, les places en école de sages-femmes sont très limitées : c’est pour cela qu’une sélection aussi drastique est opérée à la fin du PASS et des L.AS. Dès votre classe de Terminale et tout au long de votre 1ère année universitaire, l’organisme CEPSUP vous aide à vous hisser parmi les candidat·es choisi·es pour intégrer une formation en maïeutique.

1er volet des études de sage-femme : la formation générale

En école de sages-femmes, le programme des 2ème et 3ème années met l’accent sur la connaissance de la physiologie et vise à donner aux étudiant·es une maîtrise de l’obstétrique normale. Ce 1er cycle est sanctionné par le diplôme de formation générale en sciences maïeutiques (DFGSMa).

Formation pour être sage-femme : qu’apprend-t-on en 2ème et 3ème années ?

Ce cycle de la formation pour sage-femme cultive plusieurs objectifs :

  • l’acquisition d’un socle de connaissances scientifiques indispensables à la maîtrise ultérieure des savoirs et des savoir-faire nécessaires à l’exercice de la profession de sage-femme (biologie, certains aspects des sciences exactes, et plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales)
  • l’approche fondamentale de l’être humain dans l’optique du maintien de la santé et de la prise en charge du malade, par l’acquisition de connaissances en santé publique, en séméiologies clinique et paraclinique
  • l’acquisition de connaissances fondamentales de physiopathologie et de pharmacologie, qui permettent à l’étudiante d’obtenir une vision intégrée du fonctionnement normal et pathologique des appareils et systèmes du corps humain

Stages et Unités d’Enseignement en 2ème et 3ème années

Les UE visant à préparer le DFGSMa incluent par exemple :

  • appareil cardio-respiratoire
  • génétique médicale
  • gynécologie
  • hormono-reproduction
  • obstétrique, maïeutique
  • puériculture, néonatalogie, pédiatrie
  • reins et voies urinaires
  • santé publique, épidémiologie
  • santé, société, humanité
  • sémiologie générale
  • tissus sanguins et lymphocytaires
  • anglais
  • stages

2ème volet des études de sage-femme : la formation approfondie

Les connaissances acquises en 4ème et 5ème années permettent de reconnaître immédiatement la pathologie et d’agir en conséquence. Cette spécificité leur donne un rôle essentiel dans la prévention. Un mémoire de fin d’études est présenté par chaque étudiant·e, et sa validation est nécessaire pour l’exercice professionnel.

 

Ce cycle confère aux étudiant·es sages-femmes le diplôme de formation approfondie en sciences maïeutiques (DFASMa). À l’issue de la 5ème année, il est délivré aux titulaires du DFASMa le diplôme d’État de sage-femme. Ce titre de formation est obligatoire pour pouvoir exercer la profession de maïeuticien·ne.

Stages et Unités d’Enseignement en 4ème et 5ème années

Les UE visant à préparer le DFASMa incluent par exemple :

  • éthique
  • gynécologie, santé génésique des femmes et AMP
  • néonatalogie, pédiatrie
  • obstétrique, maïeutique, diagnostic anténatal et médecine fœtale
  • pharmacologie
  • recherche-mémoire
  • santé publique
  • anglais
  • stages

LES INTERNAUTES AYANT CONSULTÉ CET ARTICLE ONT ÉGALEMENT RECHERCHÉ

  • sage-femme étude
  • école privée sage-femme
  • école de sage-femme prix