Pour être médecin, les études ont une durée minimale de 9 ans après le baccalauréat. Ce cursus inclut l’année de PACES et se répartit sur 3 cycles. Dans le cadre de ses portraits des différentes filières des études de santé, l’organisme CEPSUP vous détaille la formation de médecin généraliste ou spécialiste.

cepsup-prepa-sante-medecin-etudes

La filière médecine, c’est quoi ?

Classiquement, on dit que la médecine est l’art de guérir. En réalité, c’est surtout l’art de diagnostiquer, de soulager les maux et, quand cela est possible, de guérir. Quelle que soit sa spécialité (généraliste, cardiologue, psychiatre ou encore chirurgien) et son lieu d’exercice (libéral ou hospitalier), le médecin doit travailler en harmonie avec les autres professionnels de santé (pharmaciens, infirmiers, aides-soignants…).

 

Les qualités requises pour devenir médecin

Il s’agit d’un métier passionnant, avec énormément de responsabilités. Le médecin doit être patient, à l’écoute de ses malades, et tolérant. Il doit être pédagogue, capable d’expliquer la maladie et d’accompagner ses patients.

Pour le médecin, les études commencent avec la PACES

La Première Année Commune aux Études de Santé est actuellement le passage obligé pour quiconque souhaite devenir médecin, dentiste, pharmacien, maïeuticien ou kinésithérapeute. L’inscription en PACES s’effectue chaque année via la plateforme Parcoursup. Les bacheliers, sélectionnés sur dossier, doivent justifier de solides connaissances et compétences scientifiques, et doivent faire montre d’une profonde force de travail. Devenir docteur exige en effet une immense motivation.

 

Le programme de la PACES

La PACES se déroule dans une fac de médecine, et se compose à la fois de cours magistraux en amphithéâtre et de travaux dirigés. Le programme est triple :

  • le 1er pan touche aux sciences dites fondamentales : la biologie, la physique, la chimie, etc.
  • le 2ème pan touche aux sciences dites médicales : l’anatomie, l’histologie, l’embryologie, etc.
  • le 3ème pan touche aux sciences dites humaines et sociales : l’histoire de la médecine, la psychologie médicale, l’éthique, etc.

 

Des concours particulièrement sélectifs pour accéder aux études de médecine

Le nombre de places pour être admis en 2ème année d’études de médecine est fixé chaque année par un arrêté ministériel : c’est le numerus clausus. Cette sélection s’articule autour d’un concours orchestré :

  • à la fin du 1er semestre
  • à la fin du 2nd semestre

 

Les mieux classés à l’issue du concours du 1er semestre peuvent poursuivre la PACES et doivent se positionner sur le ou les concours qu’ils présenteront à la fin du 2nd semestre. C’est à ce moment-là que l’aspirant médecin généraliste ou spécialiste devra choisir la filière médecine. Le concours du 2ème semestre, lui, mêle épreuves communes et épreuves spécifiques à chaque filière. C’est ce 2nd concours qui décide si, oui ou non, l’étudiant·e peut poursuivre son cursus pour devenir médecin généraliste ou spécialiste.

 

Médecin : une formation sujette à réforme

Cette première année du parcours pour devenir médecin est, depuis 2018, au cœur d’une vaste réforme concernant l’ensemble du système de santé français. Prévue pour entrer en application dès 2020, cette réforme implique que les aspirants médecins n’accéderont plus à la 2ème année via la PACES, amenée à disparaitre, mais via deux autres voies :

  • un Portail santé, très proche de la PACES actuelle, qui concernerait 60 % des étudiantes admis·es en 2ème année
  • une mineure santé, qui concernerait les 40 % d’étudiantes restant

 

Une prépa médecine pour vous aider à passer la 1ère année

Le président de la République l’a lui-même affirmé : l’accès en 2ème année d’études de santé restera très sélectif et ce, malgré la disparition annoncée du concours PACES et du numerus clausus dans sa forme actuelle. Pour vous permettre de vous hisser parmi les étudiants admis en études de médecine, l’organisme CEPSUP propose des préparations intensives parallèlement à la première année, mais aussi avant que cette première année ne commence.

Le 1er cycle des études pour devenir médecin

Les études de médecine sont divisées en plusieurs cycles. Le 1er s’étale sur 3 années et inclut la PACES. Il est basé essentiellement sur un apprentissage théorique.

 

La préparation du Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales

Les 2ème et 3ème années sont appelées respectivement DFGSM2 et DFGSM3 (pour Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales 2 et 3). Elles sont deux années charnières où sont poursuivis les enseignements de sciences fondamentales commencés en 1ère année, et où débutent également des enseignements et des stages plus pratiques.

Le 2ème cycle des études pour devenir médecin

Le 2ème cycle dure lui aussi 3 années. Ces 3 années sont baptisées DFASM1, DFASM2 et DFASM3 (pour Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales 1, 2 et 3). Ces années forment ce que l’on appelle traditionnellement l’externat. Les enseignements sont répartis pour moitié entre les stages hospitaliers (souvent le matin) et les cours à la faculté de médecine (l’après-midi). À l’hôpital, l’étudiant obtient ses premiers rôles de soignant et participe au fonctionnement du service.

 

Des étudiants en médecine rémunérés

Les externes sont à la fois étudiants et salariés de l’hôpital ; ils bénéficient d’une rémunération variable selon l’avancée du cursus. Certains stages sont obligatoires, quand d’autres sont libres.

Le 3ème cycle des études pour devenir médecin

À la fin de la 6ème année, les étudiants passent les ECN ou Épreuves Classantes Nationales, un concours national. En fonction de leur classement, ils choisissent une ville et une spécialité. Ils deviennent alors des internes en médecine au CHU de la ville qu’ils ont choisie. L’internat peut durer de 3 à 5 années en fonction des spécialités. Les études de médecine se terminent par la rédaction d’une thèse d’exercice : l’étudiant devient alors docteur en médecine et peut exercer.

 

Devenir médecin spécialiste : les possibilités

Selon les spécialités, le nombre de places ouvertes chaque année varie fortement. En 2018-2019, il existait par exemple beaucoup plus de places disponibles en gériatrie qu’en chirurgie pédiatrique. À l’issue de l’internat, le diplômé pourra donc exercer dans l’une des spécialités suivantes (liste non-exhaustive) :

  • l’allergologie ou l’immunologie
  • l’anesthésiologie
  • l’andrologie
  • la cardiologie
  • la chirurgie (cardiaque, esthétique, générale, maxillo-faciale, pédiatrique, vasculaire…)
  • la neurochirurgie
  • la dermatologie
  • l’endocrinologie
  • la gastro-entérologie
  • la gériatrie
  • la gynécologie
  • l’hématologie
  • l’hépatologie
  • l’infectiologie
  • la médecine du travail
  • la médecine interne
  • la médecine nucléaire
  • la médecine palliative
  • la médecine préventive
  • la néonatologie
  • la néphrologie
  • la neurologie
  • l’oncologie
  • l’obstétrique
  • l’ophtalmologie
  • l’orthopédie
  • l’oto-rhino-laryngologie
  • la pédiatrie
  • la pneumologie
  • la psychiatrie
  • la radiologie
  • la radiothérapie
  • la rhumatologie
  • l’urologie